Suivi quantitatif

Suivi piézométrique

Les pluies efficaces pour recharger la nappe de Dijon Sud ont lieu entre les mois d’octobre et de mars.

Durant la recharge hivernale 2020-2021, des pluies efficaces très importantes sont tombées en octobre 2020 et en décembre 2020. En janvier 2021, la hauteur de pluie mensuelle, légèrement au-dessus de la normale, a aussi contribué à la recharge.

En revanche, le territoire de la nappe a connu des déficits très importants de pluie en novembre 2020, en février 2021 et en mars 2021.

Ces apports de pluie en demi-teinte expliquent en partie la recharge moyenne de la nappe en 2021.

Nous observons également qu’en 2021 le niveau de la nappe diminue lentement. Cela s’explique par le fait que les pluies qui tombent depuis mai 2021, même si elles ne permettent pas une franche remontée de la nappe (car consommées par la végétation, rapidement évaporées ou ruisselées) permettent de maintenir le niveau piézométrique.

Cette année, nous pouvons penser que l’entité nappe de Dijon Sud/Cent Fonts ne connaîtra pas d’arrêté de limitation des usages de l’eau, si les pluies (permettant de maintenir le niveau de la nappe ainsi que le débit de la Cent Fonts) continuent de tomber.

Débit de la Cent Fonts (Station de Saulon-la-Rue)

Les débits de la Cent Font sont régulièrement suivi sur le site « Hydroreel » (serveur de données hydrométriques en temps réel) mais aussi lors des campagnes de jaugeage.

Le tableau de dessus montre l’évolution des débits en période estivale depuis 2008.

En période estivale il est essentiel de garantir un débit minimum biologique (DMB), débit minimum à laisser dans une rivière pour garantir la vie, la circulation et la reproduction des espèces y vivant (macrophytes, poissons, macro invertébrés, …).

——————————–

En 2017, pour la première fois, depuis l’instauration du 1er Arrêté Préfectoral cadre en 2002, la Cent Fonts avait franchi son seuil d’alerte et son seuil d’alerte renforcée, ne respectant pas ainsi les DMB imposé par la réglementation (seuil d’alerte = 0.170 m3/s ; seuil d’alerte renforcé = 0.150 m3/s ; seuil de crise = 0.145 m3/s).

Plusieurs jours de pluie, étalés du 01/07 au 19/07 ont apportés un cumul de 62 mm de pluie. Cela a permis à la Cent Fonts de ne pas franchir son seuil de crise.

Après cet épisode pluvieux, la situation s’est de nouveau dégradée et n’a pris fin qu’à la fin du mois d’août, avec de nouveau l’arrivée de plusieurs jours de pluie consécutifs.

En 2018, la Cent Fonts fut la seule unité hydrographique (de la Côte-d’Or) qui n’a franchi aucune valeur seuil.

Ceci est à corréler avec le niveau de la nappe. En effet, la recharge exceptionnelle de la nappe durant la période hivernale de 2017-2018 a permis à la Cent Fonts d’être alimentée (sans connaître d’étiage sévère et sans franchissement de valeurs seuils) alors même que l’été a été très sec !

En 2019, la Cent Fonts avait, pour la première fois depuis l’instauration du 1er Arrêté Préfectoral cadre en 2002, franchi son seuil de crise. Ce dernier a été de nouveau franchi en 2020.

Le début d’étiage 2021 se déroule sereinement. Le territoire est régulièrement arrosé depuis le mois de mai. Par conséquent, le débit de la Cent Fonts se situe, encore début août, au-dessus des moyennes mensuelles.

Volumes prélevables et suivi des rendements

———-

Afin d’assurer une gestion équilibrée de la ressource conciliant les usages anthropiques (90% à usage d’eau potable) et des besoins du milieu aquatique, des Volumes Maximums Prélevables (VMP) ont été définis. Ces volumes ont été déterminés en s’appuyant sur les connaissances de la capacité de production de la nappe et du Débits Minimums Biologique.

Globalement, les restrictions de volumes prélevables sont respectées pour la production de l’eau potable ainsi que les autres usages (agriculture et industries). Depuis 2015, il n’y aurait plus de prélèvement par les industriels sur la nappe de Dijon Sud.

De même, le suivi des rendements montre que ces derniers sont globalement respectés sur l’ensemble des réseaux, sauf en 2014.